Les fouilles réalisées notamment au Mexique, révèlent encore l'existence d'une civilisation très avancées en Amérique et dont les fondement culturels sont étrangement identiques à ceux de l'Afrique noire pharaonique (orientation stellaire des monuments, construction de pyramides, sculptures massives, têtes africaines, etc...).

 

Notons que tous les nez sont sur les statues afro-américaines contrairement à celles de l'Egypte ancienne. Si les traits caractéristiques des Africains sont les lèvres épaisses et le nez épaté, posons-nous la question de savoir pourquoi les chercheurs occidentaux deviennent soudainement muets alors que pour les mêmes caractérisques physiologiques en Afrique noire, ils ont été particulièrement bavards !!! N'est-ce pas Gobineau ?

La thèse actuelle du peuplement amérindien de l'Amérique est fausse.

 

Le site de Pedra Furada au Brésil nous livre une autre version de l'histoire du peuplement de l'Amérique. Il semble bien que l'Amérique était déjà habité au moment de l'arrivée des Amérindiens.

 

 

En effet, au Brésil, le professeur Niède Guidon a exhumé des traces de vie humaine datées entre -30 000 et 60 000 ans sur le site de Pedra Furada.

 

Le site archéologique de Pedra Furada (« pierre percée » en portugais), localisé dans le Parc national de la Serra da Capivara (Piauí) au nord-est du Brésil, représente probablement le site humain connu le plus ancien en Amérique. Il s'étend sur les quatre communes de São Raimundo Nonato, São João do Piauí, Coronel José Dias et Canto do Buriti.

 

Cette découverte remet totalement en cause les convictions de la communauté scientifique occidentale qui soutient la thèse caduque d'un début du peuplement américain par les Amérindiens remontant à seulement -12 000 ans.

 

 

Les datations :

 

Des prélèvements faits à Pédra Furada ont été envoyés en France pour une analyse au carbone 14 (Centre des faibles radioactivités du CNRS de Gif-sur-Yvette, en 1985). Les premières analyses effectuées, révèlent des dates différentes sur les charbons de bois excavés selon les différents niveaux. La plus basse couche archéologique de l'activité humaine, dans l'abri de roche de Pedra Furada, a donné des résultats au radiocarbone s'étendant de -35 000 à -48 000 ans.

 

Un nouveau procédé ABOX-SC (acid-base-wet oxidation followed by stepped combustion), développé par Bird en 1999, a permis d'affiner les dates. Un total de sept échantillons de charbon de bois provenant de différents foyers ont été soumis à l'analyse ABOX-SC et leur contenu de radiocarbone 14 a été déterminé par spectrométrie avec l'accélérateur de masse, à l'université nationale d'Australie. Avec cette nouvelle technique, les échantillons se sont avérés être âgé au delà de la limite de -48 000 ans, indiquant des âges de -55 000 à -60 000 ans.

 

Or les squelettes exhumés ne sont pas ceux d'Amérindiens mais présentent plutôt des traits africains.

 

L'équipe de chercheurs :

 

Une équipe d'archéologues composés des chercheurs suivants a travaillé sur le site de Pedra Furada :

 

  • Niède Guidon, membre de la Fondation du musée du Parc national de Serra da Capivara, ainsi que de la FUMDHAM - Fundação Museu do Homem Americano

  • Anne-Marie Pessis, Université de Paris et Université de Pernambuco, Recife, Brésil. Membre de la Fondation du musée de l'Homme américain (FUMDHAM).

  • Fabio Parenti, Membre de la Fondation du musée de l'Homme américain (FUMDHAM).

  • Claude Guérin, Service des Sciences de la Terre, Université Claude Bernard, Lyon, France.

  • Evelyne Peyre, Centre National de la Recherche Scientifique (le CNRS), scientifique du laboratoire biologique d'anthropologie du Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris, France.

  • Guaciara Dos Santos, École de recherches des sciences physiques et technologie, Université nationale australienne, Département de la Science de la Terre, Université d'Irvine, Californie, E.-U.

 

 

Les raisons du silence :

 

L'idéologie dominante s'évertue à faire croire aux Noirs qu'ils auraient découvert l'Amérique par l'entremise des bateaux négriers européens.

 

Scientifiquement, cette thèse est aujourd'hui fausse tant les preuves accumulées démontrent le contraire.

 

 

A voir !

 

Le secret de Pédra Furada
Diffusion 52'. France 5.
Réalisation Elizabeth Drévillon et Stéphane Manier
Production: 2008 Galaxie Presse

NK3.jpg
EDITION ANYJART.jpg
Capture d’écran 2020-10-18 à 13.43.43.

DIFFUSER LE SAVOIR...

RENFORCER LE SAVOIR...

Créer une

Herméneutique à notre Savoir ancestral

 

Doter nos expériences et savoirs ancestraux d'un cadre opérationnel servant de socle à notre modernité anthropologie..

N. KALALA OMOTUNDE