Les grands auteurs de l'Afrique noire pharaonique

 

Peu de textes émanant d'auteurs de l'Afrique noire pharaonique, nous sont parvenus. Néanmoins, nous avons souhaité vous dresser une liste de quelques uns de ces auteurs dont les oeuvres ont inspiré beaucoup d'autres rédacteurs d'époques ultérieures, surtout dans le domaine de la spiritualité, des sciences et de la littérature (ex. Homère).

 

 

 

Beaucoup de textes de l'Afrique antique n'ont pas d'auteurs identifiés. Cependant, parmi les plus grands personnages connus pour leurs œuvres littéraires, nous pouvons aujourd'hui vous citer :

 

 IMHOTEP (début de la Illème dynastie)

 

  • Ministre et architecte, constructeur de la pyramide à degrés de Saqqarah, Imhotep, qui fut par la suite divinisé, est sans doute l'un des premiers à avoir composé des Enseignements, recueils de conseils destinés aux hauts fonctionnaires et genre qui fut en honneur tout au long de l'Ancien Empire. Les Enseignements d'Imhotep ne nous sont pas parvenus.

 

 

 HARDJEDEF (IVe dynastie, -27oo ans)

 

  • Selon certaines découvertes récentes on espère pouvoir bientôt identifier les Enseignements qu'aurait composés ce fils de Kheops.

 

 

 DJEDEFHOR (IVe dynastie)

 

  • Quelques fragments des Enseignements de ce pharaon nous sont parvenus. Selon un scribe du Nouvel Empire, ce recueil figurait parmi les huit plus grands classiques des temps anciens.

 

 

 OUNI (IVe dynastie)

 

  • Ce personnage, qui fit carrière sous les pharaons Pépi ter et Merenré, a laissé un récit de sa vie écrit à la première personne et dans lequel figure la relation d'une victoire remportée par les Égyptiens sur les Asiatiques en Palestine et celle d'une autre bataille où il fit preuve d'un grand sens stratégique. Le style de ce récit est sobre, traversé de quelques éclats lyriques.

 

 

 PTAHHOTEP (Ve dynastie, -2 400 ans)

 

  • Figurant parmi les huit grands classiques, les Enseignements de Ptahhotep auraient été composés par ce ministre du roi Isési sans qu'on puisse rigoureusement affirmer s'il en est réellement l'auteur. C'est l'un des rares textes égyptiens de cette époque que nous connaissions dans son intégralité (par le Papyrus Prisse conservé à la B.N. de Paris) mais sans doute fut-il par la suite retouché et développé. Il demeure l'un des plus importants témoignages de la sagesse politique de l'Ancien Empire.

 

 

 KHETI II (- 2150 à - 2100 ans)

 

  • C'est à ce pharaon africain de la Xe dynastie qu'on attribue les Enseignements pour le roi Menkaré, son fils, dont il ne reste que des fragments malgré le nombre important de copies retrouvées. Cette œuvre d'une grande concision, souvent annotée et glosée par la suite, est à la fois morale et politique, incitant le roi à l'intelligence, à la lucidité et à la maîtrise de soi.

 

 

 AMENEMHAT Ier (- 2000 à - 1970 ans)

 

  • On attribue tantôt au premier pharaon de la XIIe dynastie, tantôt au scribe Khéty, les Enseignements d'Amenemhat dont nous ne connaissons que des fragments. Même s'il n'a pas rédigé lui?même le texte, ce pharaon en a été l'inspirateur et c'est bien son ton pessimiste et désabusé, plein de conseils de prudence que l'on retrouve dans cet écrit, l'un des derniers en date de ce genre.

 

 

 KHETY (- 2000 ans)

 

  • On lui attribue de façon indiscutable deux œuvres célèbres, un Hymne au Nil et une Satire des métiers. Cette dernière est l'un des très rares textes de l'Afrique antique qui nous soient parvenus intégralement.. Dans un style particulier, il fait l'apologie du métier de scribe.

 

 

 AMENO (- 2000 ans)

 

  • Serait l'auteur du Conte du Naufragé qui, mêlant l'imaginaire à l'observation précise, relate les péripéties d'un marin victime d'un naufrage en mer Rouge. Celui-ci gagne à la nage une île déserte mais au cours d'un tremblement de terre est happé par un énorme serpent. Mais ce dernier, au lieu de l'avaler, lui demande le récit de ses aventures et, après l'avoir écouté et compati à ses malheurs, le comble de présents et le laisse rentrer chez lui.

 

 

 SINOUHÉ (- 2000 ans)

 

  • On ne sait trop s'il faut ranger sous ce nom un écrivain qui aurait écrit ses Mémoires ou le héros dont les aventures sont relatées dans ces Mémoires. Celui-ci, notable égyptien, dut, à la mort du Pharaon Amenemhat Ier, quitter son pays et se réfugier auprès des nomades arabes. Après s'être marié, il finit par regagner l'Égypte. Ce livre, dont on connaît de nombreuses copies, mélange à la fois de roman, de récit d'hymnes et de lettres, fut l'un des textes les plus connus de son époque.

 

 

 ANKHOU (-1 890 ans)

 

  • Ce prêtre d'Héliopolis Khâkheperrêseneb, qui vivait sous Sésostris II, a composé une série de Propos dont le titre exact est : Collection de mots et bouquets de formules, recherches avec réflexion du coeur, dont seuls des fragments nous sont parvenus. Ce texte est dominé par le pessimisme et l'incertitude qui caractérisent cette période troublée.

 

 

 NEFERTY (-1 970 ans)

 

  • Auteur d'une Prophétie que nous connaissons in extenso par plusieurs copies dont la principale est conservée au Musée de l'Ermitage à Leningrad (Papyrus n° 1116 B) et qui fut composée sous le règne d'Amenemhat ter, fondateur de la Xlle dynastie. Après l'annonce de désastres, le rôle de sauveur des hommes de ce Pharaon est fortement souligné dans l'Épilogue.

 

 

 AHMÈS (- 1 500 ans)

 

  • Cet officier de marine écrivit ses Souvenirs. Il participa à la libération du territoire et poursuivit les Hyksôs jusqu'en Palestine, à la suite d'Ahmosis.

 

 

 AMENEMHEB (- 1 450 ans)

 

  • Il nous a laissé un récit vivant de son existence dans lequel il relate les campagnes de Thoutmosis III (1 450 - 1370) en Asie et, entre autres, la façon dont il sauva la vie du roi en tuant un éléphant sauvage qui le menaçait.

 

 

 HORI (- 1 450 ans)

 

  • On possède de lui une lettre à un autre scribe du nom d'Aménémopé. C'est le récit spirituel d'un voyage en Asie composé dans une langue émaillée de mots rares ou étrangers, de noms géographiques, de subtilités orthographiques. C'est une succession de questions, d'arguments, de détails qui évoquent le « mandarinat » des scribes égyptiens de cette époque.

 

 

 PENTAOUR (- 1 300 ans)

 

  • Auteur d'une épopée dont le héros est Ramsès II. Dans le fragment qui en subsiste, on voit le Pharaon disperser, à lui seul, deux mille cinq cents chars ennemis.Au début du Xllle siècle fut composé, sur le même thème, le Poème de Qadech célébrant la victoire de Ramsès II sur les rives de l'Oronte et la cuisante défaite qu'il infligea aux Hittites. Ce long poème figure sur les murs de plusieurs temples (Karnak, Louxor) et a été conservé également par plusieurs copies postérieures sur papyrus.

 

 

 AKHENATON (AMENOPHIS IV) (régna de -1 370 à -1 352 ans)

 

  • Le grand réformateur religieux a laissé un Hymne au Soleil qui est l'un des plus beaux exemples de la poésie égyptienne. De l'aveu de tous, le Psaume 104 de la Bible s'est inspiré directement de cet hymne d'adoration au dieu unique, Aton. Il fut reproduit à plusieurs reprises sur les murs des tombes de Tell el-Amarna.

 

 

 ANI (- 1 000 ans)

 

  • Sous ce nom nous est parvenu un Enseignement ou une Sagesse composée à la fin du Nouvel Empire et qui renoue avec un genre très ancien. On y retrouve en effet les mêmes thèmes que dans les Enseignements de Ptahotep, traité ici par un père s'adressant à son fils, selon le scénario habituel, mais dans un style plus imagé et intimiste.

 

 

 OUNAMON (- 1 000 ans)

 

  • Prêtre du temple d'Amon (Dieu), il fut envoyé en Syrie avec mission d'obtenir du bois de Liban afin de construire une barque destinée au dieu. Mais il dut rester longtemps à Byblos et s'y morfondit, non sans être consolé par une chanteuse égyptienne. Il a raconté .son odyssée dans un récit intitulé : Voyage d'Ounamon.

 

 

 MERYSEKHMET et NEBIRE (Nouvel Empire)

 

  • Ces deux noms sont ceux de deux « scribes formes » dont on sait seulement qu'ils composèrent, sous le Nouvel Empire, des hymnes pieux, sans qu'on puisse leur attribuer plus particulièrement tel ou tel de ces hymnes.

 

 

 AMÉNÉMOPÉ (- 750 ans.)

 

  • Ce scribe du cadastre composa un livre de Sagesse, mélange de prudence, de finesse psychologique, de poésie et d'humour. Il conseille l'abandon à Dieu et cette œuvre semble avoir inspiré le Livre des Proverbes de la Bible.

 

 

 MANÉTHON (Basse Epoque)

 

  • Bien que l'essentiel de son œuvre ait été composée en grec, Manéthon peut néanmoins être classé parmi les écrivains égyptiens puisque son nom égyptien et son œuvre concerne la religion et l'histoire du pays des Pharaons.Prêtre et savant, il semble avoir été l'un des produits les plus célèbres des écoles sacerdotales égyptiennes et l'on sait qu'il vécut dans le temple de Sebennytos, près de la ville du Delta Samanoud. Selon la tradition, ce fut l'un des écrivains les plus féconds de ce époque, puisqu'elle lui attribua environ une huitaine de livres importants consacrés essentiellement à la doctrine religieuse, aux rituels ou aux fêtes. Si on lui accorde également un traité concernant la fabrication de l'encens, l'attribution du Livre de Sothis est plus contestable. Mais des ouvrages de Manéthon, le plus important sera incontestablement les Aegyptiaca (ou Histoire d'Égypte) s'il nous était parvenu dans sa totalité. Il n'en reste que des fragments ou des résumés dus soit à l'historien juif Josèphe, soit aux chrétiens Jules l'Africain et Eusèbe, le plus célèbre de ces fragments est constitué par les fameuses listes des dynasties royales au nombre de trente une.

 

 

CONCLUSION

 

Naturellement, cette liste n'est pas exhaustive, car la diversité des textes de l'ancienne Egypte (textes religieux, romans, poèmes, textes de loi, lettres administratives, sagesse, pièces de théâtre, rapport militaire, formules funéraires, etc…), la longévité de cette civilisation et la place importante accordée aux lettrés, nous permet d'imaginer le très grand nombre d'auteurs Kamits (ex. Ikhernofret, auteur d'une pièce de théâtre à Abydos).

 

NK3.jpg
EDITION ANYJART.jpg
Capture d’écran 2020-10-18 à 13.43.43.

DIFFUSER LE SAVOIR...

RENFORCER LE SAVOIR...

Créer une

Herméneutique à notre Savoir ancestral

 

Doter nos expériences et savoirs ancestraux d'un cadre opérationnel servant de socle à notre modernité anthropologie..

N. KALALA OMOTUNDE